Mohammed Dardouri, wali de l’INDH : “Améliorer l’éducation est une question de vie ou de mort”

A une année de son échéance, le wali Mohammed Dardouri présente le bilan d’étape de phase III de l’INDH. Une phase lancée officiellement en 2019 et consacrée principalement au développement du capital humain chez les générations montantes. Florilège.

Par

À un an de l’échéance de la troisième phase de l’INDH, le bilan est “très satisfaisant”, estime Mohammed Dardouri, le wali chargé de sa coordination nationale. Crédit: MAP

A ce rythme, on va finir par créer notre propre usine”, ironise Mohammed Dardourdi, wali en charge de la coordination nationale de l’Initiative nationale du développement humain (INDH). Depuis sa nomination en 2018 par le roi Mohammed VI pour piloter la troisième phase du “chantier de règne”, l’ancien gouverneur de Mohammedia est confronté aux demandes régulières relatives à l’acquisition des triporteurs. Ces véhicules, l’INDH les offre depuis plusieurs années aux commerçants pour la création d’activités génératrices de revenus : vente de poisson frais, transport de marchandises, tri des déchets. Si bien que le rôle de l’institution, rattachée au ministère de l’Intérieur, demeure cantonné, pour beaucoup, à la remise de ces motocycles à trois roues, qu’on appelle communément “les triporteurs de l’INDH”.

à lire aussi

Un jour, on m’a même informé qu’il y avait une nouvelle marque chinoise de triporteurs sur le marché”, sourit Mohammed Dardouri. L’anecdote en…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés