Taxation : comment l’IQOS a “filé” au fisc

En décrochant une taxation distincte et bien inférieure à celle des cigarettes conventionnelles pour ses bâtonnets de tabac chauffé, Philip Morris a fait la démonstration d’un redoutable lobbying, pensé globalement, efficacement appliqué localement.

Par , et

Tous les types de tabac disponibles dans le commerce ont vu leur TIC augmenter entre 2021 et 2022, sauf les HEETS. Crédit: Yassine Toumi / TelQuel

S’agissant du tabac, l’État fait face à un dilemme sous la forme de deux options. La première, augmenter régulièrement le niveau des taxes pesant sur la cigarette et s’exposer, du fait de la hausse des prix répercutée par les opérateurs, à une explosion des ventes au marché noir ; la deuxième, maintenir une fiscalité raisonnable et assumer un coût exorbitant en matière de santé publique ? Au Maroc, la fiscalité sur le tabac est duale. Deux types d’impôts coexistent et s’additionnent. D’abord la TIC (taxe intérieure de consommation) spécifique, qui correspond à un montant forfaitaire associé aux quantités vendues. Ensuite, la TIC ad valorem, calculée cette fois-ci sur la base du prix du produit. Plus celui-ci est élevé, plus la recette fiscale correspondante est importante. Cette taxe frappe avec plus d’intensité les cigarettes dites “premium”, plus chères (Marlboro, Camel, Dunhill, etc.) que celles qualifiées de “low-cost” (Casa, Marquise, Majestic,…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés