Omar Seghrouchni : “Nous allons convoquer Philip Morris à une audition”

Outre le fait de chauffer le tabac, l’IQOS comporte un mécanisme Bluetooth permettant de capter, de centraliser et de traiter des données utilisateurs. Au Maroc, tout dispositif apte à récupérer des données personnelles nécessite une autorisation: Philip Morris a-t-il respecté la loi ? Nous avons interrogé Omar Seghrouchni, président de la CNDP.

Par , et

Omar Seghrouchni. Crédit: DR

Selon un article de Reuters datant de mai 2018, Philip Morris International est en train de bâtir une base de données des utilisateurs IQOS qui s’inscrivent sur sa plateforme. Une application développée par le cigarettier serait même capable d’aller plus loin encore que la simple collecte de data. D’après Gregory Connolly, spécialiste américain en santé publique et professeur au département des sciences sociales et comportementales et de la santé à l’école de santé publique de Harvard, interrogé par TelQuel, le logiciel embarqué dans l’IQOS peut extraire une série d’informations, comme la fréquence de consommation et le nombre de bouffées inhalées par le fumeur, afin d’en faire usage “à des fins de marketing”.

à lire aussi

Philip Morris s’en défend, en prétendant que le software intégré se contente de contrôler la température…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés