Myriam Sahraoui, la culture au service de la diplomatie

Conseillère au sein de l’organisation de coopération Dutch Culture, Myriam Sahraoui est l’interface de la culture marocaine aux Pays-Bas. Un travail taillé sur mesure pour celle qui ne cesse de “faire office de pont” entre les deux pays.

Par

Entre deux rives

Myriam Sahraoui a toujours eu envie de lier le Maroc aux Pays-Bas. Native de Tanger, son père est marocain et sa mère néerlandaise. Après quelques années dans la ville du détroit, elle quitte le Maroc pour Tilburg, dans le sud des Pays-Bas. C’est là-bas qu’elle obtient son baccalauréat avant de se lancer dans des études européennes. “C’était un peu un choix par défaut. Comme beaucoup de jeunes, je ne savais pas vraiment quoi faire, donc j’ai choisi ces études où se mélangent un peu d’histoire, de langues et de droit”. Elle se découvre alors une passion pour le théâtre, mais choisit d’ignorer son cœur pour devenir une des milliers de fonctionnaires de la Commission européenne.

Au service de la communauté

Très vite, l’expérience bruxelloise tourne court : “J’aime beaucoup Bruxelles, mais je ne me voyais pas rester fonctionnaire européenne toute…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés