Souvenirs : Malika El Fassi, de l’ombre à la lumière

Célébrée parmi les sphères militantes, Malika El Fassi demeure méconnue du grand public. Si diverses théories circulent quant à sa signature au bas du Manifeste de l’indépendance, cette grande dame n’en demeure pas moins une figure historique dont la mémoire se doit d’être préservée.

Par

En 2005, deux ans avant sa mort, elle est faite Grand commandeur du Ouissame Al Arch Al Alaoui par Mohammed VI. Crédit: ARCHIVES FAMILIALES

Mi-mars, Barid Al Maghrib rendait hommage à trois figures historiques féminines marocaines en émettant une série de timbres-poste à leur effigie. Des femmes “inspirantes”, “pionnières” et “marquantes dans l’histoire contemporaine de notre pays”, note le communiqué de presse de Poste Maroc, annonçant la mise en circulation des timbres. Aux côtés de la sociologue Fatima Mernissi et l’aviatrice Touria Chaoui, le choix de l’institution s’est également porté sur Malika El Fassi. Une initiative qui a permis d’estomper l’oubli dans lequel est tombé le nom de cette grande figure du combat national. Si elle est célèbre parmi les historiens, les milieux militants et les sphères istiqlaliennes, Malika El Fassi demeure néanmoins méconnue du grand public, notamment les étudiants sondés par TelQuel.

à lire aussi

“C’est qui ?”

“J’ai le souvenir qu’on l’a mentionnée en primaire. C’était un cours sur…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés