Histoire : raconte-moi Malika El Fassi

Il y a quinze ans, le Maroc perdait Malika El Fassi, la seule femme signataire du Manifeste de l’indépendance. A la lutte nationale dont elle a été l’une des figures, s’ajoute son long combat en faveur des droits des femmes. Pour TelQuel, sa fille et sa petite-fille se souviennent d’une mère 
et d’une grand-mère.

Par

ARCHIVES FAMILIALES

Il y a quelques semaines, le nom de Malika El Fassi refaisait surface lorsque Barid Al Maghrib a mis en circulation une série de timbres-poste à son effigie. Figure incontournable du combat nationaliste, seule femme signataire du Manifeste de l’indépendance, militante féministe de la première heure… le Maroc lui doit, entre autres, une motion sur le droit de vote des femmes, la cofondation de l’Entraide nationale, et la scolarisation de milliers de jeunes filles à travers le royaume. Pourtant, Malika El Fassi demeure peu connue du grand public. Au grand dam de ses proches, qui l’ont gardée en mémoire. Près de quinze ans jour pour jour après son décès, le 12 mai 2007, les souvenirs continuent à défiler, intacts, sous les yeux de Zineb El Hammoumi,…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés