Abdelaziz Meziane Belfkih, Mostafa Terrab, Aziz Akhannouch : ceux qui ont ouvert la porte aux cabinets de consulting au Maroc

Abdelaziz Meziane Belfkih, le mentor Le conseiller royal défunt était la tête pensante derrière les orientations stratégiques du royaume. Il a été l’instigateur de plusieurs projets, comme le port Tanger Med, ou du Rapport du cinquantenaire. “Il aimait s’entourer de gens brillants”, décrit un consultant l’ayant côtoyé de près. Meziane Belfkih préférait s’attacher les services de Marocains évoluant dans les cabinets internationaux. “Il était l’un des rares à oser les contredire ou les corriger lorsqu’ils faisaient fausse route”, se remémore un responsable dans un grand cabinet de consulting. “Les cabinets actuels lui doivent beaucoup. Il a formé une génération de consultants aux réalités marocaines”, poursuit-il.

Aziz Akhannouch, le précurseur

Lorsqu’il est élu président du Conseil de la région Souss-Massa-Drâa en 2003, Aziz Akhannouch veut adopter une approche novatrice. Il fait appel au cabinet McKinsey pour plancher sur une stratégie de développement économique et social de la région. Une première au Maroc. Le cabinet américain propose une vision intégrée, incluant les secteurs économiques…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés