Abdel Alaoui : “Je suis né dans une cuisine”

DR

Smyet bak ?

Lakhdar.

Smyet mok ?

Zakina.

Nimirou d’la carte ?

Je l’ai perdue il y a quelque temps, donc je ne m’en souviens plus.

Vous dites être tombé dans la cuisine quand vous étiez tout petit… Ce n’est pas trop cliché, comme histoire ?

Je suis même né dans une cuisine. Ma mère a accouché dans la maison où on habitait. Ma grand-mère m’a sorti du ventre de ma mère sur le potager, à proximité du plan de travail. J’étais très gourmand, tout le temps fourré en cuisine. Petit à petit, j’ai commencé à l’aider et elle a réalisé que je ferai un bon commis. Quand j’ai su que je pouvais en faire un métier, je n’ai pas hésité à passer mes diplômes.

Comment passe-t-on de “commis de sa maman” aux plus grandes cuisines parisiennes ?

Je pensais que la cuisine, c’était la cuisine de ma mère, je n’avais pas en tête la gastronomie française. Il faut quand même aller apprendre la technicité, la découpe, tous les mots qu’on peut…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés