“Le journal d’Andy Warhol” : amour, gloire et explorations artistiques en série

Le nom d’Andy Warhol est indissociable de celui de la Factory, le studio dans lequel 
il réalisait ses films et concevait ses œuvres, entouré de ses “superstars”. En 1968, l’artiste est victime d’une attaque : Valerie Solanas, une autrice et féministe radicale qui accuse Warhol de l’avoir exploitée, lui tire dessus. Déclaré cliniquement mort, l’artiste survit miraculeusement, mais cet épisode signe la fin des années d’insouciance à la Factory et le début d’un nouveau projet pour Warhol : son journal intime.

Par

Disponible sur Netflix.
Publié quelques années après sa mort, Le journal d’Andy Warhol vient d’être adapté par Netflix sous forme de série documentaire. Produite par Ryan Murphy (Glee, American Horror Story), elle raconte les dernières années de la vie de l’artiste. La série accorde ainsi une large place à ses relations, en particulier amoureuses. Car si Andy Warhol mettait en avant sa soi-disant asexualité et son aromantisme, il connaît pourtant plusieurs liaisons sentimentales à l’époque, dont une qui dure une décennie avec son assistant Jed Johnson, ou son…
Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés