Après le sommet du Néguev, le Maroc va-t-il encore acquérir de l'armement israélien?

A l’automne dernier, lors de la visite du ministre israélien de la Défense à Rabat, le Maroc et Israël ont signé un accord militaire “historique”. En marge de cet accord, le royaume avait présenté une wish list d’équipements israéliens qu’il souhaitait intégrer à l’arsenal des FAR. Avec le sommet du Néguev tenu cette semaine, cette liste pourrait s’allonger.

Par

Les ministres des Affaires étrangères de Bahreïn, d’Égypte, d’Israël, des États-Unis, du Maroc et des Émirats arabes unis, au sommet organisé dans le désert du Néguev, le 28 mars 2022. Crédit: Jacquelyn Martin / POOL / AFP

A l’abri des regards indiscrets, une coopération stratégique semble avoir émergé de la rocaille et du sable. C’est dans le désert du Néguev, au sud de l’État hébreu, que s’est tenu les 27 et 28 mars un sommet historique réunissant les chefs des diplomaties américaine et israélienne avec quatre de leurs homologues d’États membres de la Ligue arabe. Le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita, qui a foulé le sol israélien pour sa première visite officielle, s’est ainsi joint à l’Israélien Yaïr Lapid, l’Américain Anthony Blinken, et aux chefs des diplomaties de l’Égypte, des Émirats arabes unis et du Bahreïn, signataires des Accords d’Abraham. Symboliquement, les réunions se sont tenues dans le kibboutz Sde Boker, depuis lequel le fondateur de l’État hébreu…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés