Maroc-Espagne-Allemagne : le grand pardon

En froid avec Berlin et Madrid, Rabat a réussi en quelques mois à réchauffer les relations avec les deux capitales européennes, tout en obtenant des garanties sur les relations bilatérales. Et surtout 
le sacro-saint dossier du Sahara.

Par

TELQUEL

Des choses se font. Bien évidemment, on ne peut pas tout vous dévoiler, mais des process sont en cours. Cela nécessite du temps. Beaucoup ont l’impression que le Maroc a agi de la mauvaise manière, mais vous verrez bien que ce que nous tirerons de cette crise nous sera favorable”. Nous sommes en janvier 2022. Près de six mois après le déclenchement de la crise avec le voisin espagnol, ce diplomate marocain est l’un des premiers à parler d’un réchauffement à venir entre Madrid et Rabat. C’est acté le 14 mars. La primature espagnole adresse une lettre à Mohammed VI qui a tout d’un appel à fumer le calumet de la paix. Dans cette missive, Madrid promet une “transparence absolue” au Maroc, dont il veut être “un grand ami et un grand allié”. Après quarante-sept années d’une neutralité tout sauf “positive”, versant…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés