Taux d’activité des femmes à 30%, la promesse trop ambitieuse du gouvernement ? Le ministre Younes Sekkouri s’en défend

Annoncé en octobre 2021, le programme gouvernemental cible un taux d’activité des femmes de 30% à l’horizon 2026. Si l’objectif semble ambitieux pour certains économistes, le ministre de tutelle, Younes Sekkouri, assure que le chantier est déjà amorcé.

Par

Outre la création d’au moins un million de postes nets sur les cinq prochaines années, le gouvernement promet de porter le taux d’activité des femmes à plus de 30% d’ici 2026. Crédit: FADEL SENNA / AFP

Placé sous le signe de l’État social, le programme gouvernemental présenté par Aziz Akhannouch le 11 octobre dernier prévoit un investissement massif dans la santé publique et l’éducation. En termes d’emploi, les objectifs de l’Exécutif sont aussi ambitieux. Outre la création d’au moins un million de postes nets sur les cinq prochaines années, le gouvernement promet de porter le taux d’activité des femmes à plus de 30%, soit une augmentation de 10 points de pourcentage en l’espace d’un quinquennat. Objectif réaliste ou vœu pieux ?

Difficile, mais faisable ?

L’objectif est certes ambitieux, mais il devient réalisable si la bonne approche est mise en œuvre”, assure le ministre de l’Emploi, Younes Sekkouri. Contacté par TelQuel, il affirme que l’augmentation du taux d’activité des femmes est un chantier en cours. Selon lui, le travail et l’emploi des femmes font actuellement l’objet d’une étude lancée…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés