Les startups, à la rescousse des femmes sur le marché du travail ?

L’exclusion des femmes sur le marché du travail marocain demeure criante. Un fléau économique et sociétal qui veut croire à une solution miracle : les startups. Un secteur d’innovation s’affranchissant des codes sociaux, sans distinction de genre ? La voie pourrait montrer l’exemple, si elle réussit à dépasser des obstacles encore persistants.

Par

Unsplash CC

Un héros, voilà comment Joseph Schumpeter qualifiait l’entrepreneur dans une économie, tant son rôle d’innovateur pouvait tirer la croissance d’un pays.  L’économiste autrichien voyait en celui-ci l’atout majeur d’opérer une “destruction créatrice”, vectrice de progrès. En parlant de progrès, conjuguer au féminin cet héroïsme présumé le serait nécessairement aussi : n’a-t-on pas plus souvent besoin d’héroïnes ? C’est en tout cas tout l’enjeu auquel veut croire le continent africain, face à la sous-activité structurelle des femmes. Au Maroc, les chiffres de 2020 sont les plus bas depuis 1999 : seule 1 femme sur 5 possède un emploi. Si l’on ne retient que l’emploi rémunéré, le chiffre tombe à 17 % selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP). Economiquement, le sous-emploi féminin est un…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés