Hanae Bezad de Douar Tech : soigner la fracture numérique pour se libérer

À 32 ans, Hanae Bezad vit l’entrepreneuriat comme une opportunité de liberté, qu’elle œuvre à transmettre à la société.

Par

Globe-trotteuse

Lorsque Hanae Bezad répond à notre interview, elle est à New York. Deux jours plus tôt, elle était au Guatemala, et à l’heure actuelle, elle est déjà de retour à Marrakech. On comprend mieux les anglicismes répétés de celle qui aime se définir comme “serial entrepreneure”. À 32 ans, cette native de Rabat possède déjà un CV vertigineux. Père médecin, mère professeure de littérature, elle assume sans complexe avoir grandi dans un milieu privilégié. Elle en tire son goût pour la pluridisciplinarité, “absolument fondamentale”, car condition sine qua non au deuxième enseignement familial qu’elle cultive : la liberté. Hanae a toujours eu peur d’évoluer dans des “tunnels”, même en termes d’études. Elle multiplie les formations et les diplômes, de Sciences Po Paris à HEC en passant par l’Université Pierre et Marie Curie ou encore Panthéon-Sorbonne. Licences en droit, sciences et technologies, double master en management et administration publique… une transversalité d’excellence qui a un objectif clair : “Pouvoir parler à…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés