Ces médecins qui ont décidé de partir : ils témoignent

Alors que le Maroc a besoin de 32.000 médecins pour combler son déficit, une grande partie des médecins formés préfèrent partir à l’étranger. Pourquoi font-ils ce choix ?

Par et

603 médecins ont quitté le Maroc en 2018, soit 30% du nombre de diplômés des facultés de médecine et de pharmacie pour la même année. Crédit: AFP

Alors que le royaume est en train de rapatrier plus de 8000 étudiants marocains d’Ukraine, la question de leur réintégration dans les universités marocaines se pose. Une grande partie de ces étudiants avaient choisi de poursuivre leurs études de médecine dans ce pays d’Europe de l’Est, attirés par l’accessibilité et des frais d’études raisonnables. Ces jeunes restent incapables d’accéder à la filière au Maroc alors que le manque, dans le pays, est évalué à 32.000 médecins. Le Royaume n’a ainsi formé en 2021 que 2159 médecins dans le public et le privé. Un chiffre encore loin de l’objectif de 3300 médecins formés à l’horizon 2020, fixé en 2007 par le gouvernement Jettou. Et le manque est encore plus criant dans certaines spécialités. “Dans des domaines pointus comme la médecine nucléaire, on est obligé d’aller recruter les Marocains exerçant en France”, nous explique un responsable dans la santé privée.

Fuite des cerveaux

Ces…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés