Plateformes VOD : un nouveau levier de dynamisme pour l’industrie cinématographique marocaine ? 

Fin février, la start-up Good Fellows annonçait la création de la première plateforme de streaming marocaine. Un projet dont l’initiative revient au réalisateur Nabil Ayouch, et qui ambitionne de se positionner comme le nouvel acteur d’une industrie locale en manque de dynamisme.

Par

Interface du site d'Aflamin.

Le 24 février dernier, le gotha culturel casablancais assistait au lancement d’Aflamin : la première plateforme de streaming marocaine, qui propose un service de VOD (vidéo à la demande) spécialisé dans le cinéma marocain. Wechma (1970), À la recherche du mari de ma femme (1993), ou encore La Prière de l’Absent (2001)… Voici quelques-uns des plus grands classiques que Aflamin rend à présent disponibles. Créée par la start-up Good Fellows avec le soutien du réalisateur Nabil Ayouch, la plateforme ambitionne sur les deux prochaines années de mettre en ligne “la quasi-totalité” du cinéma marocain.

à lire aussi

Quelques jours seulement après son lancement, la plateforme peut se targuer d’un certain enthousiasme émanant de ses utilisateurs : “Il y a eu une réelle poussée d’abonnements, du Maroc mais aussi de sa diaspora”, confie Kenza Sefouane, directrice générale de Aflamin. À l’étranger, les abonnements…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés