Reportage en Ukraine : à Medyka, les étudiants étrangers sonnés par ces derniers jours de guerre

Depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par les troupes russes le 24 février dernier, plus de 200.000 réfugiés sont arrivés en Pologne. Aux frontières entre les deux pays, alors que la solidarité s’organise pour leur venir en aide, les étudiants étrangers ont tout quitté.

Par

Medyka, le lundi 28 février. Les femmes et les enfants sont prioritaires pour monter dans les bus, des hommes supplient les autorités de les laisser monter à bord pour fuir le conflit. Crédit: LOUIS WITTER

Il neige ce matin à Medyka en Pologne, alors que des centaines de personnes sortent enfin de l’Ukraine en guerre. Le poste-frontière posé sur la route nationale 28 est le théâtre depuis le 24 février dernier d’un ballet incessant de bus et de voitures, qui entrent en Pologne après de longues heures d’attente de l’autre côté des barrières. Si tous les hommes en âge de se battre ont dû rester au pays, les femmes et les enfants passent, parfois à pied, au compte-gouttes. Des familles aux yeux hagards, en recherche d’endroits où loger ces prochains jours.

à lire aussi

Certaines ont quitté Kiev, mais la plupart de celles que l’on croise ont fui les villes de l’est du pays, où les bombardements de l’armée russe ne leur ont plus laissé d’autre choix que de partir. Kharkiv et…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés