Carnet de guerre : comment des Marocains ont réussi à fuir le conflit

Ils ont réussi à fuir l'Ukraine en guerre, après des heures, voire des jours, de route. Ils racontent les bombes, la faim, le froid, l'attente, la peur mais aussi la solidarité.

Par

“Des bus transportant des Marocains de Kharkiv vers Lviv ne sont jamais arrivés à destination. Certains disent qu’ils ont été attaqués, d’autres affirment qu’ils se sont renversés”, rapporte Younes qui vit en Ukraine depuis 11 ans. Crédit: LOUIS WITTER

D’après le dernier décompte du ministère des Affaires étrangères, le nombre de Marocains qui ont quitté l’Ukraine via les postes-frontières s’est élevé, le 2 mars dans l’après-midi, à 5552 personnes. Un nombre à répartir entre la Pologne (1500), la Roumanie (700), la Hongrie (1100) et la Slovaquie (2252). Un peu moins de la moitié du nombre total de ressortissants marocains en Ukraine ont donc réussi à fuir la guerre. Ranya, étudiante en 6e année de médecine à Zaporijjia (ville industrielle au sud-est du pays), avait réservé un billet d’avion Kiev-Casablanca pour le 24 février dernier, soit le jour du début de l’invasion russe. “A 5 heures du matin ce jour-là, je reçois un appel d’un ami qui m’annonce que la guerre s’est déclarée à Kharkiv. Lorsque j’essaie de faire mon check-in sur Internet, je m’aperçois que le vol a été annulé….

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés