Une nouvelle charte de l’investissement et beaucoup d’interrogations

Après plus de dix ans d’attente, la nouvelle charte de l’investissement favorise la subvention des investissements privés afin d’accélérer la transformation de l’économie nationale. Mais pour avoir un véritable impact, la loi tant attendue devra, sans aucun doute, être accompagnée de vraies réformes boostant la croissance et l’emploi.

Par

MAP

Le marathon des consultations pour exposer les principes directeurs de la nouvelle charte de l’investissement a démarré sur les chapeaux de roue. Après sa présentation devant le roi Mohammed VI début février, ce sont la CGEM et le Groupement des banques (GPBM) qui ont eu la primeur de ce texte. Une première rencontre s’est tenue le 24 février à la primature en présence du Chef de gouvernement et des ministres de l’Intérieur, de l’Économie, de l’Industrie, ainsi que du ministre délégué chargé de l’investissement. L’objectif annoncé de ces rencontres ? “Garantir l’adhésion des acteurs économiques et bancaires dans l’encouragement de l’investissement”.

à lire aussi

La veille, c’est une réunion ministérielle, toujours sous la présidence du Chef de gouvernement Aziz Akhannouch, qui visait à “accélérer…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés