“Vivre ou étudier” : le dilemme des étudiants marocains en Ukraine

L’ambassade du Maroc à Kiev a publié, samedi 12 février, un communiqué recommandant aux Marocains de quitter l’Ukraine “pour leur sécurité”. Depuis, plus de 8000 étudiants marocains se retrouvent devant un choix cornélien: s’ils partent, ils risquent l’expulsion de leur université.

Par

Les étudiants marocains représentent la deuxième communauté estudiantine étrangère en Ukraine. Crédit: ERIC FEFERBERG / AFP

Ce mardi, un premier avion de la compagnie low-cost Air Arabia transportant 99 Marocains en provenance de Kiev a atterri à Tanger. Le même jour, deux autres avions de la Royal Air Maroc ont rapatriés des citoyens marocains à Casablanca. D’autres itinéraires pourront être empruntés par les Marocains désireux de quitter l’Ukraine, en passant par Istanbul, en Turquie, par exemple. Pourtant, beaucoup d’étudiants marocains en Ukraine interrogés par TelQuel décrivent une situation “calme” sur place. “Les gens sont apeurés par la surmédiatisation du conflit entre la Russie et l’Ukraine. J’étais là en 2014 [guerre de Crimée, ndlr] et pourtant la situation est aujourd’hui beaucoup moins compliquée qu’à l’époque”, raconte Amine, étudiant en médecine à Kharkiv, deuxième ville du pays, et à dominance pro-russe car située à 25 kilomètres…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés