Fayrouz, la voix du cœur

Pour l’amour d’un homme et celui d’un peuple, la diva libanaise a su s’imposer comme l’une des rares artistes arabes reconnues dans le monde entier. Portrait d’une légende vivante.

Par

Au Brésil, ses fans voulurent la porter en triomphe avec sa limousine. À Londres, son concert détrôna le record de billetterie de Franck Sinatra. Dans son pays, elle est vénérée comme un emblème national, avec sa douceur de miel, sa beauté antique, son talent à surmonter les épreuves et les drames. Et malgré le halo de silence dont l’idole s’est toujours drapée, sa voix unique continue de résonner pour la paix dans le monde arabe et de conquérir des générations entières, bien au-delà du public oriental. Alors quand, en juin 2014, après des années d’absence, Fayrouz fait une réapparition, ne serait-ce que le temps d’un clip, c’est un événement pour tous les fayrouziyoun de la planète. Six minutes de grâce dont elle seule est capable depuis la moitié du siècle dernier.

Majestueuse en longue robe turquoise, bouleversante d’émotion, le joyau de la chanson arabe reprend l’Ave Maria associé à un…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés