Driss Lachgar : “L’USFP ne s’est jamais mieux porté” (sic)

Troisième mandat, bataille judiciaire, déclin du parti… moins d’une semaine après sa réélection à la tête de la formation socialiste, Driss Lachgar répond à nos questions (par écrit). Et voit la vie en rose, malgré la réalité.

Par

Driss Lachgar Crédit: TNIOUNI/TELQUEL

Au lendemain des élections du 8 septembre, vous avez annoncé que vous n’alliez pas briguer un troisième mandat. Pourquoi avez-vous finalement présenté votre candidature lors du 11e congrès de l’USFP?

En effet, je n’avais pas l’intention de me re-présenter. Mais, honnêtement, j’étais un peu sous pression pour trouver un successeur. Pendant plusieurs semaines, j’ai approché des camarades qui ont décliné. En parallèle, on voyait arriver des candidatures qui ne répondaient pas aux attentes des membres du parti. C’est alors que se sont multipliés les appels des militants et responsables locaux et nationaux, notamment durant les dernières semaines. Ces appels ont fini par me convaincre. Je parle des positions de responsables régionaux et provinciaux, ensuite celles des groupes parlementaires à l’unanimité, et enfin celles du bureau politique, unanime aussi. J’ai donc déposé ma candidature à leur demande par égard envers mes frères et sœurs…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés