Jets privés : ces Marocains qui survolent l’espace aérien fermé

Face à la fermeture totale des frontières jusqu’au 7 février prochain et la suspension de l’opération de rapatriement en raison de la contagiosité d’Omicron, de plus en plus de Marocains bloqués à l’étranger recourent aux avions d’affaires pour regagner le pays. Explications.

Par

Si des citoyens lambda se payent la traversée en jet privé, c’est qu’ils profitent de la brèche induite par la communication des autorités sur la fermeture des frontières. Crédit: JUSTIN TALLIS / AFP

Si théoriquement l’espace aérien marocain est totalement fermé au reste du monde jusqu’au 7 février prochain, des “ponts aériens” se créent en toute discrétion pour contourner la fermeture des frontières, annoncée fin novembre dernier. Cette mesure draconienne n’était censée durer que deux semaines. Un mois plus tard, les autorités l’ont reconduite jusqu’au 31 janvier 2022 puis au 7 février. Résultat : des milliers de Marocains bloqués à l’étranger. Afin de mettre fin à leur éloignement forcé, certains optent pour une piste étonnante : les jets privés. Ce type d’appareil est le seul qui continue à voler dans le ciel marocain, mais dans quelles conditions ?

à lire aussi

Pour répondre à cette question, TelQuel a intégré différents groupes Facebook, qui réunissent jusqu’à 60.000 Marocains bloqués à l’étranger, ainsi que certains groupes WhatsApp, très actifs, dédiés aux “Marocains bloqués…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés