Troisième dose de vaccin : pourquoi certains Marocains sont réticents

Un an après le début de la campagne de vaccination, le Maroc se félicite d’un bilan positif sur les deux premières injections. Pour la troisième, il en est autrement : seulement 11% de la population a reçu la dose de rappel. 
Une réticence qui témoigne souvent d’une méfiance vis-à-vis des 
mesures gouvernementales.

Par

La vaccination des 12-17 ans, qui a commencé le 31 août. Crédit: Yassine Toumi / TelQuel

Le 28 janvier 2021, le roi Mohammed VI donnait le coup d’envoi de la campagne de vaccination. Un an plus tard, le bilan semble positif : le 23 janvier 2022, plus de 67% des Marocains avaient reçu leur D1 (première dose) et 62% avaient reçu la D2 (deuxième dose), faisant du royaume un leader de la vaccination anti-Covid à l’échelle africaine. Une prouesse remarquable, alors que le Maroc ambitionne de vacciner 80% de sa population. Si la gestion marocaine de la campagne de vaccination a été louée à travers le monde, l’obligation de la troisième dose semble avoir mis un frein à cette dynamique. Cette mesure, annoncée le 4 octobre 2021 par le ministère de la Santé, dans le cadre de la mise en place du pass vaccinal, a mis…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés