Mohamed Baya : “Heureusement pour nous, les Marocains sont gourmands”

DR

Smyet bak ?

Rahal.

Smyet mok ?

Hadine Fatna.

Nimirou d’la carte ?

FB56110.

Il y a quelques années, vous avez lancé un concept appelé “La Table Clandestine”, qui était clandestine au départ, puis médiatisée par la suite. C’est devenu la “table mainstream” ?

On peut dire qu’elle est devenue en règle (rires). C’est le concept d’une table d’hôtes où l’on mélange les gens autour de thèmes différents à chaque reprise : l’art, la culture, le centre-ville de Casablanca…

C’est dur d’avoir 14 convives et de leur trouver des points communs ?

Généralement, cela se passe bien. Mais à deux reprises, ça n’a pas matché entre les gens.

Débat épineux : le couscous est-il marocain ou algérien ?

En tant que Marocain, je dirai que le couscous est marocain. Si j’étais algérien, j’aurais certainement dit que le couscous est algérien. Mais, objectivement parlant, il est plus marocain qu’algérien, car le Marocain le fait mieux.

Dans tous les cas, le couscous reste un repas pas cher. En revanche, les recettes que vous cuisinez coûtent une fortune. Qui a…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés