Pourquoi le déficit de la balance commerciale du secteur pharmaceutique a doublé depuis 2019

Abdelmajid Belaïche, analyste des marchés pharmaceutiques 
et expert du secteur, lance une “alerte rouge” sur la balance commerciale pharmaceutique. Dans une note d’analyse inédite 
révélée en exclusivité à TelQuel, il décrit le poids des vaccins sur la balance commerciale du secteur du médicament, déjà lourdement déficitaire 
avant la pandémie de Covid-19.

Par

Adem ALTAN / AFP

Blocage des exportations

Abdelmajid Belaïche
En 2019, la balance commerciale du secteur pharmaceutique au Maroc affichait un déficit de -5,3 milliards de dirhams. Celui-ci est passé à -6,1 milliards en 2020, puis à -12 milliards l’année dernière, soit une aggravation de 15 points entre 2019 et 2020 et 96 points entre 2020 et 2021. “C’est-à-dire un taux de croissance cumulé sur 2019-2021 de +126%, un taux annuel moyen de +63%. Des chiffres jamais égalés depuis 1984”, explique Abdelmajid Belaïche. Pour l’expert, “la régression des exportations pharmaceutiques en 2020 s’explique par leur blocage, suite à un certain nombre de mesures controversées prises par la Direction du médicament et de la pharmacie (DMP) dépendant du ministère de la Santé”.

Explosion…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés