“After Life” : les chroniques d’un tendre misanthrope par Ricky Gervais

Toujours aussi grinçant, l’humoriste et réalisateur britannique 
Ricky Gervais dénonce, dans la série qu’il a créée, écrite et réalisée, 
les disparités sociales et l’hypocrisie ambiante de notre monde.

Par

Disponible sur Netflix

Dans le mélange du tragique et du comique, l’humoriste britannique Ricky Gervais est devenu maître en la matière. La série The Office a acté son goût pour la malice et l’humour noir. Avec After Life, il renchérit et va encore plus loin dans la cruauté. Tony est un homme heureux. Tout va pour le mieux pour lui. Il file le parfait amour avec Lisa, sa femme, et a un travail respectable. Mais tout bascule quand il apprend que son épouse a un cancer. Peu de temps après, Lisa meurt et Tony va devoir faire son deuil et se débrouiller tout seul. Sauf qu’il n’arrive pas à l’oublier. Il pense même au suicide car sans son amoureuse, la vie ne vaut plus d’être vécue. Mais il a son chien à nourrir.

Le veuf excentrique et désagréable

Avec un humour très cruel, Ricky Gervais construit un personnage misanthrope qui ne jure que par la…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés