Tourisme : pourquoi les agences de voyages sont exclues du plan d’urgence à 2 milliards de dirhams

À peine annoncé, le plan d’urgence gouvernemental à destination du secteur touristique fait déjà polémique. L’enveloppe globale de 2 milliards de dirhams pour sauver le tourisme de la crise ne semble pas couvrir tous les professionnels du secteur. Les agences de voyages se disent exclues des mesures couvertes par le plan, au point d’envisager de saisir leur tutelle et la primature.

Par

FADEL SENNA / AFP

Enveloppe insuffisante pour un secteur qui pèse 10 % du PIB du Maroc ou illustration du deux poids, deux mesures ? La sidération n’a pas laissé le temps à la Fédération nationale des agences de voyages du Maroc (FNAVM) de trancher la question. Après l’annonce du plan d’urgence pour le tourisme faite le 18 janvier par le gouvernement, cette institution représentative des agences de voyages est montée au créneau pour dénoncer sa “marginalisation par le ministère de tutelle” de ce plan de relance. Chiffré à 2 milliards de dirhams, ce plan de sauvetage devrait permettre de financer la prolongation des indemnités forfaitaires, le report des charges de CNSS, la prise…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés