Armement : pourquoi le Maroc n’achètera pas de sitôt des vaisseaux lance-missiles à la Turquie

De plus en plus présent dans les carnets de commandes turcs, 
le Maroc serait en train de négocier l’achat de sept vaisseaux 
lance-missiles et d’une corvette légère, une commande estimée à 222 millions de dollars. Mais à Ankara, des sources à la Défense ont démenti l’existence de pourparlers entre les deux pays. Surtout, ces navires ne répondraient pas aux véritables besoins de la Marine royale. Analyse.

Par

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan lors de la cérémonie de mise à flot d’une corvette de guerre anti-sous-marine Ada. Le Maroc serait en pourparlers pour en acquérir une, ainsi que 7 vaisseaux lance-missiles. Crédit: AFP

Après l’acquisition de drones Bayraktar TB-2 auprès de la Turquie, le Maroc est-il passé à côté d’un contrat pour équiper sa marine royale, le parent pauvre des Forces armées royales (FAR) ? À Ankara, des sources de défense ont complètement démenti, dans les colonnes du quotidien turc Daily Sabah le 13 janvier, l’existence de négociations entre les marines des deux pays pour l’achat d’équipements navals par les FAR, qui auraient été entamées en octobre 2021. Deux jours plus tôt, le site de défense Tactical Report avait pourtant évoqué un possible contrat de 222 millions de dollars pour l’acquisition par le royaume d’une corvette de classe Ada et de sept bateaux lance-missiles de classe Kiliç II,…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés