Gouvernement Akhannouch : un silence assourdissant

Les trois premiers mois de la nouvelle mandature sont marqués par un manque de poids sur certains dossiers sensibles, selon l’Observatoire de l’action gouvernementale.

Par et

Un Conseil de gouvernement présidé par Aziz Akhannouch. Crédit: MAP

De quoi les 100 jours du gouvernement Akhannouch sont-ils le nom? “Le bilan est marqué par la confusion et l’absence de communication”, résume l’Observatoire de l’action gouvernementale. Dans un rapport publié le 12 janvier, l’ONG passe au crible les trois premiers mois de l’Exécutif. Et le constat est sans appel : “Aucune initiative communicationnelle n’a été menée par le Chef du gouvernement. On note une absence quasiment totale de communication autour des différentes mesures et décisions gouvernementales, dont certaines controversées”.

à lire aussi

Première controverse, le remplacement à la tête du ministère de la Santé de la RNIste Nabila Rmili, également élue maire de Casablanca, par Khalid Aït Taleb. “Le gouvernement n’a présenté aucune clarification ou explication convaincante sur le sort d’un tel département, aussi important et sensible”, relève l’Observatoire.

Fin de l’enchantement ?

Le manque de communication, il en est beaucoup question dans les remarques des observateurs politiques. “La situation actuelle me rappelle le Aziz Akhannouch de 2018,…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés