Le marché des huiles de table, un terrain très glissant

Le PJD réclame la convocation du ministre de l’Industrie et du Commerce au Parlement quelques jours après la publication tardive d’un avis du Conseil de la concurrence sur le marché interne des huiles de table. Quasi-monopole, entente sur la hausse des prix, conflit d’intérêts… le désormais petit groupe d’opposition donne de la voix.

Par

Dans un hypermarché, le 4 avril 2008 à Rabat. Crédit: Abdelhak Senna / AFP

Premier bras de fer politique de 2022 sur fond de hausse des prix des huiles de table. Le Conseil de la concurrence a rendu public le 29 décembre un avis relatif à “l’examen du respect des règles d’une concurrence libre et loyale par les producteurs et importateurs des huiles de table suite aux augmentations des prix de vente constatées sur le marché national de ces produits”.

à lire aussi

D’une centaine de pages, cet avis fait suite à une demande de la Chambre des représentants, initiée par le groupe parlementaire du PJD fin février 2021. La principale conclusion de l’instance est que les augmentations enregistrées sur le marché national des huiles de table s’expliquent par “la conjonction de facteurs objectifs liés à la structure du marché lui-même…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés