Pour la Commission européenne, priver la région du Sahara de préférences tarifaires avec l’UE serait une erreur

Dans un récent rapport, la Commission européenne estime que l’extension des préférences tarifaires prévues par l’accord d’association UE-Maroc à la région du Sahara bénéficie à la population locale en termes d’accès à l’emploi et de production.

Par

AFP

La Commission européenne estime que “priver” la région du Sahara de préférences tarifaires avec l’Union européenne (UE) pourrait causer un “désavantage par rapport aux exportateurs des régions voisines” et entraîner “une perte d’opportunités d’exportation pour l’économie” locale. Telle est l’une des conclusions appuyées par le dernier rapport de l’institution européenne, publié le 22 décembre. Ce dernier se penche sur le suivi de la mise en œuvre de l’accord avec le royaume qui étend les préférences tarifaires prévues dans l’accord d’association UE-Maroc aux produits originaires du Sahara. Entrée en vigueur le 19 juillet 2019, cette extension permettrait ainsi, selon l’équipe de travail, “une différence importante en termes d’accès au marché” pour les exportateurs locaux, notamment liée à la marge commerciale limitée des produits issus de la pêche et de l’agriculture. Plus globalement, les auteurs mentionnent que l’extension de l’accord se traduit “par un certain…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés