Pourquoi les pays à majorité musulmane sont mutiques sur le sort des Ouïgours

Face à une critique de la communauté internationale de plus en plus grande à l’égard du gouvernement de Pékin, les pays à majorité musulmane se distinguent par leur mutisme sur le sort des Ouïgours.

Par

Une manifestation pour la communauté ouïghoure en Suisse. Crédit: AFP

Si j’avais su qu’il allait passer par le Maroc pour aller en Europe, je l’en aurais empêché.” Au bout du fil depuis la Norvège où il vit désormais exilé, Abduweli Ayup, linguiste et figure connue de la diaspora ouïgoure, sait bien le chemin de croix de sa communauté, et connaît Idriss Hasan, informaticien d’origine ouïgoure qui fait depuis cinq mois l’objet d’une détention au Maroc, arrêté à Casablanca en juillet denier alors qu’il cherchait à se rendre en Europe depuis la Turquie. Les deux hommes se sont rencontrés la première fois en janvier 2016 en Turquie, où ils ont pu collaborer sur différents projets. S’il admet “très peu connaître” le Maroc, “à l’exception qu’il s’agit d’un pays musulman, il freine des quatre fers pour une autre raison. Il détaille : “Je savais seulement qu’il y avait un traité d’extradition mis en place entre ce pays et…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés