Mohamed Oulkhouir : “Une mineure mariée par Fatiha est sans contestation possible victime de viol”

Mariage des mineures, mariages coutumiers, consentement... L’avocat et vice-président de l’INSAF Mohamed Oulkhouir revient sur les bases légales de la lutte menée contre l’exploitation sexuelle des enfants.

Par

"Il me paraît souhaitable de ne permettre aucune exception et aucune possibilité de mariage avant l’atteinte de l’âge minimum légal", plaide Mohamed Oulkhouir. Crédit: Abdelhak Senna / AFP

Des coutumes dangereuses qui persistent, deux articles du Code de la famille qui ne protègent pas les mineurs, et une zone grise concernant le consentement sexuel : ce sont, entre autres, ce que déplorent associations, militants et juristes qui ont fait de la protection de l’enfance un combat.

Mohamed Oulkhouir est avocat et vice président de l’INSAF.
Pour Mohamed Oulkhouir, avocat et vice-président de l’Institut national de solidarité avec les femmes en détresse (INSAF), bien que certaines décisions soient “encourageantes”, il faut à la fois revenir sur les articles 20 et 21 du Code de la famille qui permettent le mariage des mineurs, et éradiquer totalement les mariages coutumiers qui représentent un grand danger pour les femmes et les enfants. Entretien.

TelQuel : Les mariages coutumiers ne sont pas reconnus par la loi, pourquoi sont-ils tolérés et comment faire pour éradiquer cette pratique ?

Mohamed…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés