Samir Bouzid : “Nous avons besoin d’un engagement gouvernemental pour lutter contre la corruption”

Militant de longue date des droits économiques, sociaux et culturels et vice-président de l’Instance nationale de protection des biens publics et de la transparence au Maroc, Samir Bouzid déplore le retrait, par le gouvernement, du projet de loi modifiant et complétant le Code pénal, et s’inquiète du peu d’intérêt que semble accorder l’exécutif à la lutte contre la corruption. 

Par

Aziz Akhannouch, chef du gouvernement, Fatima Ezzahra Mansouri, ministre de l'Habitat et Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice. Crédit: Rachid Tniouni / TelQuel

TelQuel : Quelle est votre réaction au retrait, par le gouvernement, du projet de loi sur la réforme du Code pénal?

Samir Bouzid.Crédit: DR
Samir Bouzid : J’observe avec une grande inquiétude la demande de retrait du projet de loi n° 16.10 modifiant et complétant le Code pénal, introduit en 2016 par le cabinet d’Abdelilah Benkirane, et gelé depuis. Il est à rappeler que ce projet est venu en réponse aux demandes et recommandations pertinentes du mouvement national et international des droits de l’Homme, qui a publié plusieurs rapports insistant sur la modernisation et le développement du système pénal national.

L’article portant sur l’enrichissement illicite divise la classe politique. Comment expliquez-vous cette fébrilité? Et quels types…

article suivant

Lionel Messi remporte son septième Ballon d’or