Hakim Marrakchi : “Nous travaillons à réintroduire l’exonération de l’IR pour les jeunes diplômés”

Le projet de loi de finances 2022 a fait son entrée à la deuxième chambre le 14 novembre, après son adoption à la majorité par la chambre des représentants. Les conseillers devront désormais apporter leurs amendements et se prononcer sur le texte avant la fin du mois. Le point avec Hakim Marrakchi, vice-président de la CGEM.

Par

Hakim Marrakchi, vice-président de la CGEM et président de la Commission fiscalité et douane. Crédit: Ghassan El Kechouri

Retour avec Hakim Marrakchi, vice-président de la CGEM et président de la Commission fiscalité et douane, sur les attentes du patronat et les principaux amendements à apporter au projet de loi pour renforcer la compétitivité des entreprises nationales.

TelQuel : Le PLF 2022 a-t-il réussi à mettre en œuvre les recommandations des Assises de la fiscalité, notamment en matière d’équité fiscale ?

Hakim Marrakchi : Les recommandations des Assises de la fiscalité sont nombreuses et constituent un programme sur plusieurs années. Le PLF 2022 s’inscrit dans ce cadre, même si de nombreux points soulevés l’année passée lors des assises ne sont pas abordés directement, notamment la réforme de la TVA ou l’élargissement de l’assiette.

“L’élargissement de l’assiette fiscale nécessite le développement d’un arsenal juridique et une évolution des textes”

Hakim Marrakchi
Nous notons…
article suivant

Dernière minute, réorganisation, blocage… Bis repetita pour les Marocains résidant à l’étranger