Karim Benz, l’acteur franco-marocain qui veut connecter Hollywood et la Silicon Valley

Il tourne dans des séries, dans des clips, dans des publicités… Depuis quelques années, le comédien franco-marocain Karim Benz est très actif à Hollywood. Il nous plonge dans l’envers du décor et nous parle notamment de son projet d’application pour faciliter la rémunération des professionnels du cinéma.

Par

L'acteur Karim Benz, de son vrai nom Karim Benzakour. Crédit: DR

La street food de Los Angeles lui rappelle Marrakech. Les burritos, les tables et les camionnettes constituent, en cet automne de 2021, la pause méritée des hommes de l’inspecteur Harry Bosch qui traquent sans relâche les criminels et les flics corrompus dans la cité des anges. Les tournages se déroulent la nuit entre 18 h et 6 h du matin, l’adaptation des scènes se fait en live. Au milieu des acteurs de cette série écrite pour Amazon par l’auteur à succès Michael Connelly, un certain Karim Benz.

Karim Benzakour de son vrai nom – il est le frère de l’actrice Nadia Benzakour – est né il y a trente-trois ans à Casablanca. Après avoir grandi un temps à Paris, où il avait même entamé des études de droit à l’université Panthéon-Assas, il s’envole vers les States au décès de son père. Son parcours professionnel commence en 2017 dans la Silicon Valley, lorsqu’il lance une société de bornes de recharge publiques pour téléphones portables – avec ouverture par empreinte digitale et caméras de surveillance. Les investisseurs sont sceptiques et ne suivent pas. Le jeune entrepreneur se tourne alors vers Hollywood.

“Un soir, je dînais avec mes colocataires dans un fast-food quand je suis tombé sur une pub pour une célèbre marque de vêtements. J’ai regardé mes amis et je leur ai dit : ‘Je vais faire ça’”, raconte Karim, qui à l’époque venait de créer sa start-up et cherchait des financements. Il débute par une publicité pour une chaîne de restaurants, après avoir répondu sans grande conviction à une petite annonce. Sa carrière démarre : à partir de là, les tournages vont s’enchaîner “toutes les semaines”… jusqu’à atteindre 300 aujourd’hui !

Lisez la suite de l’article sur
article suivant

Gouvernement : le trio RNI-PAM-Istiqlal accouche d’une Charte commune