Maria Hraoui, des géants de la communication au Maroc à l’associatif et à la gastronomie en Belgique

D’abord communicante à Casablanca, Maria Hraoui est installée depuis quelques années à Bruxelles, où elle a lancé plusieurs initiatives : un espace interculturel proposant différentes activités, mais aussi une épicerie fine et un service de restauration.

Par

Maria Hraoui. Crédit: DR

Le curriculum vitae de Maria Hraoui, 39 ans, commence par une liste de grands noms de la communication : entre une filiale de l’agence Havas à Casablanca, où elle a été en charge de l’image de plusieurs institutions et de “super-brands” marocaines et internationales, et un passage dans l’évènementiel avec notamment l’organisation des Assises du tourisme pour le compte du ministère dédié, elle a également occupé la direction de la communication et du développement de l’université Al Akhawayn à Ifrane.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que sa maîtrise en communication des entreprises, ainsi que son master en communication et en médiation culturelle (obtenus à Paris), ont des allures de flèches tirées au cœur de la cible.

Les deux pieds à Bruxelles

Une fois acquises ces expériences, Maria Hraoui décide de se lancer dans l’auto-entrepreneuriat. En 2013, elle fonde H&O Consultants, une agence de conseil qui accompagne plusieurs organisations aussi bien privées que publiques, nationales comme internationales.

Sept années durant, elle mène parfaitement sa barque… jusqu’à ce que la gagne l’envie de sortir de sa zone de confort. En effet, Maria aime les défis, les aventures qui bousculent. En 2019, elle décide de transférer son agence à l’étranger, sous une nouvelle forme.

Un premier pied se pose à Bruxelles, via des collaborations professionnelles ponctuelles, dans le cadre d’organisation d’événements et de missions de conseil en communication pour des ONG. Assez rapidement, elle tombe sous le charme de la capitale belge. Le second pied se pose pour y rester.

La Marocaine raconte à Diaspora avoir été séduite par la simplicité, par les différentes nationalités qui se côtoient et cohabitent, par la culture “omniprésente et accessible”. Elle ressent là-bas ce qui est synonyme pour elle de “bon vivre”, confirmant une envie qui grandit en elle dans une période où elle est à la recherche de nouveaux stimulants professionnels.

Lisez la suite de l’article sur
article suivant

Dernière minute, réorganisation, blocage… Bis repetita pour les Marocains résidant à l’étranger