Aux Pays-Bas, “l’espionnage” de mosquées indigne la communauté marocaine

Des mosquées néerlandaises auraient été “espionnées” par une dizaine de municipalités via une société privée fondée par un ancien policier. L’affaire fait scandale dans les communautés musulmane et marocaine, éprouvant déjà un fort sentiment d’islamophobie.

Par

Des musulmans priant à l'intérieur d'une mosquée aux Pays-Bas (image d'illustration, Phil Nijhuis / ANP / AFP).

Une dizaine de communes aux Pays-Bas ont mandaté une société privée, Nuance door Training & Advies (NTA), pour enquêter sur les communautés musulmanes dans leurs circonscriptions. Selon les révélations de NRC Handelsblad, l’un des quotidiens de référence de l’intelligentsia néerlandaise, ces opérations menées secrètement relèvent de l’espionnage et sont illégales.

En Hollande, la loi attribue aux communes la responsabilité de lutter contre la radicalisation à leur niveau. Le NCTV, coordinateur des services néerlandais de lutte contre le terrorisme, a ainsi accordé 7,5 millions d’euros aux municipalités pour s’en acquitter. Ne sachant trop comment s’y prendre, certaines ont utilisé une partie de cette somme pour s’offrir les services de NTA.

Cette société privée a été créée en décembre 2010 par Najib Tuzani, ancien chef de la police d’Utrecht (Centre) devenu expert pour le NCTV. En 2013, les jeunes musulmans originaires du pays partis combattre en Syrie auprès de l’organisation État islamique commencent à revenir. Moyennant 50 000 euros, NTA propose de réaliser une cartographie des “rapports de force” au sein de la communauté musulmane d’une agglomération.

Lisez la suite de l’article sur
article suivant

Dernière minute, réorganisation, blocage… Bis repetita pour les Marocains résidant à l’étranger