À Kigali, Nasser Bourita insiste sur la nécessité de mettre à jour le partenariat Union africaine-Union européenne

La deuxième réunion ministérielle préparatoire du sommet entre l’Union africaine et l’Union européenne a démarré ce 26 octobre à Kigali. Nasser Bourita, qui représente le Maroc, a insisté sur la mise à jour du partenariat stratégique entre les deux parties.

Par

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères. Crédit: Fabrice Coffrini / AFP

La seconde réunion ministérielle préparatoire du prochain Sommet Union européenne (UE) – Union africaine (UA) s’est ouverte ce 26 octobre à Kigali, avec la participation des ministres des Affaires étrangères issus des deux organisations continentales.

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, représente le royaume à cette réunion présidée conjointement par le ministre des Affaires étrangères de la RDC, Christophe Lutundula, dont le pays préside actuellement l’UA, et le Haut représentant de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, et vice-président de la Commission européenne, Josep Borrell.

Le Haut représentant de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité Josep Borell et le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita, le 14 février 2019 à Rabat.

La délégation marocaine comprend également Mohamed Methqal, ambassadeur, directeur général de l’Agence marocaine de coopération internationale (AMCI), Omar Amghar, directeur de l’Union européenne et des processus méditerranéens au ministère des Affaires étrangères, et Redouane Adghoughi, directeur des Affaires européennes.

Sommet prévu à Bruxelles début 2022

Lors de cette réunion, les ministres des Affaires étrangères de l’UE et de l’UA devront faire le point sur les progrès accomplis depuis le cinquième sommet UE-UA (Abidjan, 29-30 novembre 2017), en procédant à un échange de vues sur le partenariat UE-UA ainsi que sur les moyens de renforcer la coopération.

Dans la perspective du sixième sommet UE-UA, les ministres ont recensé les priorités, perspectives et défis communs à inscrire à l’ordre du jour

Dans la perspective du sixième sommet UE-UA, qui doit se tenir à Bruxelles au début de 2022, les ministres ont recensé les priorités, perspectives et défis communs à inscrire à l’ordre du jour, citant notamment la riposte face à la pandémie de Covid-19, le renforcement de la résilience, l’investissement dans les transitions écologique et numérique, la paix, la sécurité et la gouvernance mondiale, les migrations et la mobilité, ainsi que la promotion de l’éducation scientifique et le renforcement des compétences.

Selon les organisateurs, un communiqué conjoint contenant les conclusions et les priorités identifiées sera adopté à l’issue de la réunion ministérielle.

Bourita se félicite des projets réalisés

Devant ses homologues, Nasser Bourita a estimé qu’il était temps que le partenariat fasse l’objet d’une mise à jour stratégique. “Notre partenariat ne devrait pas être réduit à adopter des documents et à applaudir des consensus âprement négociés. Mais au contraire, il devrait mesurer le progrès et se féliciter des projets réalisés”, a souligné le ministre.

“Depuis 2000, nous avons adopté 3 Feuilles de route, mais combien en avons-nous réalisé ?”

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères

Évoquant le caractère stratégique du partenariat Afrique-Europe, il a relevé que ce partenariat était né d’une volonté commune de bâtir un espace de dialogue et de coopération pour la sécurité, le développement et la prospérité partagée. Ce partenariat, a dit Nasser Bourita, a “démontré sa pertinence, puisque nous y restons attachés depuis deux décennies”, ajoutant qu’il avait gagné en structuration, avec des ministérielles régulières et des groupes de travail permanents entre l’UA et l’UE.

Par ailleurs, il a fait remarquer que si les objectifs demeuraient pertinents, la démarche collective, elle, gagnerait à se renouveler. “Depuis 2000, nous avons adopté 3 feuilles de route, mais combien en avons-nous réalisé ?”, s’est-il interrogé, estimant que l’action collective tardait encore à se traduire en réalisations tangibles.

Appel à créer un nouveau comité interministériel

Évoquant le 6e Sommet UA-UE prévu l’année prochaine à Bruxelles, Nasser Bourita a indiqué que ce sommet serait l’occasion de donner un nouveau souffle au partenariat Afrique-Europe.

Il a, d’autre part, salué une proposition du ministre rwandais des Affaires étrangères, Vincent Biruta, visant la création d’un Comité ministériel restreint de suivi et de mise en œuvre pour assurer des résultats tangibles et une mise en œuvre effective des objectifs.

Selon le ministre, ce comité pourrait contribuer à rendre le partenariat UA-UE plus visible pour les populations des deux continents, notamment les plus jeunes, à travers l’identification et le développement des activités ayant un impact sur la vie quotidienne. “Le Maroc est disposé à faire partie de ce comité et à abriter sa première réunion”, a-t-il annoncé.

(avec MAP)

article suivant

Pour son premier grand oral face aux députés, Akhannouch assume des réformes “injustes” mais “essentielles”