Mohamadi El Yacoubi : “Le régime fiscal du Maroc n’est plus considéré comme dommageable pour des tiers étrangers”

Après une décennie de discussions, 136 pays dont le Maroc se sont finalement accordés, vendredi 8 octobre, pour imposer une taxation minimale à 15% sur les bénéfices des multinationales réalisant au moins 750 millions d’euros de chiffre d’affaires. Retour avec Mohamadi El Yacoubi, président du Cercle des fiscalistes du Maroc, sur les enjeux de cette convention.

Par

Damien MEYER / AFP

Le Maroc a approuvé, dans le cadre de l’OCDE, l’instauration de l’impôt mondial sur les multinationales. Quel est l’enjeu de cet accord ?

Mohamadi El YacoubiCrédit: DR
Cet accord vise essentiellement à régler le problème posé par les géants de la technologie qui engrangent des bénéfices dans le monde entier mais ne paient d’impôts que dans les pays où ils déposent la propriété intellectuelle de leurs algorithmes. En conséquence, beaucoup de ces entreprises installent leurs sièges dans des pays à faible taux d’imposition, comme l’Irlande, pour payer moins d’impôts. En vertu de la nouvelle réglementation, ces multinationales verront une part de leurs profits affectée aux pays où elles réalisent des bénéfices, et y seront…
article suivant

L’histoire du Maghreb vus par Laroui