Maroc-Canada : les mille et une vies de Sihame Doukkali

Joueuse internationale marocaine de volleyball, Sihame Doukkali fait des allers-retours depuis l’enfance avec le Canada, où elle a toujours mêlé sport et scolarité. Aujourd’hui étudiante en médecine et mère célibataire, l’hyperactive de 26 ans s’est convertie avec succès au beach-volley.

Par

La volleyeuse internationale marocaine Sihame Doukkali (crédit : DR).

Sihame voit le jour en 1995 à Rabat. Elle y vit seulement cinq ans avant que ses parents, actifs dans le milieu des affaires, décident d’aller s’installer au Canada. C’était le 1er septembre 2000, et Sihame s’en souvient comme si c’était hier.

Elle effectue l’entièreté de sa scolarité dans le système du pays à la feuille d’érable, qui lui permet de poursuivre en parallèle sa carrière de sportive de haut niveau. Passionnée de volleyball, elle intègre dès l’âge de dix ans un parcours sport-études, alternant ainsi constamment examens et compétitions. Le ton est donné : Sihame Doukkali sera de celles qui sont sur tous les fronts.

De 2012 à 2015, elle est pensionnaire d’un Cégep (collège d’enseignement général et professionnel que les Canadiens doivent suivre entre les études secondaires et l’université) à Gatineau, dans la banlieue de la capitale fédérale Ottawa, tout en évoluant pour “Les Griffons”, l’équipe de volley locale avec qui elle remporte le championnat de première division. Aussi bien au niveau sportif que scolaire, l’adolescente excelle alors dans ses résultats.

Optimiste pour le sport féminin

C’est sa mère, elle-même joueuse, qui lui a transmis sa passion du volley-ball, lui apprenant très tôt les techniques de base. Quand vient le moment de choisir son équipe nationale, malgré plus de quinze ans passés sur la rive occidentale de l’Atlantique, c’est vers le Maroc que le cœur de Sihame penche. Nous sommes en 2015, et la Coupe d’Afrique des nations se profile au Kenya.

Lisez la suite de l’article sur
article suivant

Reprise des vols directs entre le Canada et le Maroc