Pourquoi le PJD renonce aux trois sièges obtenus à la Chambre des conseillers

Les trois sièges remportés par le PJD aux élections de la Chambre des conseillers le 5 octobre ont suscité une polémique en interne. Les Islamistes ne veulent pas de ces trois strapontins et leur direction a invité ses élus à renoncer à leur futur mandat de parlementaire. Explications.

Par

Les membres du PJD Mustapha Ramid, Saâd-Eddine El Othmani et Mustapha Khalfi, au premier rang. Crédit: Yassine Toumi / TelQuel

Le PJD a été classé sixième aux élections des membres de la Chambre des conseillers, le mardi 5 octobre. Trois sièges seulement, avec l’impossibilité de former un groupe parlementaire propre. Les Islamistes restent loin du seuil requis de six sièges. L’équation est non résoluble, même en fusionnant les trois sièges PJD avec ceux remportés par son syndicat de l’UNTM (deux sièges sur les vingt réservés aux syndicats). Démissionnaire, mais assumant la direction de la maison, le secrétariat général du parti a annoncé tard dans la soirée du 6 octobre son “rejet” des trois sièges a remportés, invitant ses candidats vainqueurs à présenter leur démission. Il faut savoir que le PJD a présenté pour ces ultimes élections de 2021 trois candidatures issues des collectivités territoriales. Et les trois auront fini vainqueurs. Mustapha Dahmani…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés