Mohamed Tozy : “Le conflit d’intérêt interpelle l’État de droit qui est appelé à agir” (3/3)

Débâcle du PJD, victoire du RNI, nouvelle coalition gouvernementale… pour TelQuel, l’universitaire et politologue Mohamed Tozy revient sur les résultats des élections du 8 septembre, sans manquer de rappeler les recommandations du Nouveau modèle de développement. Troisième et dernière partie de l'entretien.

Par

Des anciens du parti de la colombe critiquent une “logique d’entreprise” que la direction aurait adoptée depuis l’avènement d’Akhannouch à la tête du RNI. Crédit: MAP

Près d’un mois après les élections du 8 septembre, Mohamed Tozy, chercheur et professeur à Sciences Po Aix, décrypte la nouvelle coalition gouvernementale et analyse l’ampleur de la défaite du PJD. Le politologue, qui était membre de la Commission consultative de révision de la Constitution en 2011, a également été, plus récemment, membre de la Commission spéciale sur le Nouveau modèle de développement. Dans cet entretien, il revient notamment sur la doctrine du rapport remis au roi Mohammed VI et appelle au renforcement du cadre légal pour éviter les conflits d’intérêts.

Dans les colonnes de TelQuel en 2019, vous pointiez du doigt “un déficit énorme dans le rôle de l’opposition au parlement”. Ce déficit ne risque-t-il pas de se creuser avec la nouvelle composition de l’opposition ?

Numériquement, on peut craindre que l’opposition soit inaudible. D’autant que les partis de la majorité…

article suivant

Le gouvernement suspend l'organisation des festivals et des manifestations culturelles