Accords Maroc-UE : “Sérénité et calme” à Rabat malgré la secousse luxembourgeoise

Le Tribunal de l’Union européenne vient d’annuler les accords de pêche et agricole entre le Maroc et l’UE. Pourtant, la diplomatie marocaine ne semble pas accorder beaucoup de crédit à cette décision. Les explications d’un diplomate.

Par

Le haut représentant de l’UE Josep Borrell et le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita ont fait une déclaration conjointe dix minutes à peine après la publication de l’arrêt. La preuve de la solidité du partenariat Maroc-UE, selon notre source. Crédit: MAP

Mercredi 29 septembre, une nouvelle manche s’est ouverte dans la guérilla juridique que mène le Polisario au Maroc. Surfant sur une procédure judiciaire entamée au cœur des années 2010, le Polisario avait lancé, dès le mois de mars 2019, un recours visant les accords agricole et de pêche qui lient le Maroc à l’Union européenne (UE). Des accords, scellés par Rabat et Bruxelles en janvier et février 2019, et qui incluent le Sahara. Le recours a fait mouche puisque le Tribunal de l’Union européenne, instance qui dépend de la Cour de justice de l’UE, a publié une décision prévoyant l’annulation de ces accords le 29 septembre. Selon le texte, le Tribunal de l’UE soutient notamment que “dans la mesure où les accords litigieux s’appliquent explicitement” au Sahara et, en ce qui concerne l’accord de pêche, “aux eaux adjacentes à celui-ci”, ils “affectent le peuple de ce territoire…

article suivant

Dernière minute, réorganisation, blocage… Bis repetita pour les Marocains résidant à l’étranger