Mon carnet d’“égarée” : chronique d’un échange Erasmus en Allemagne à l’heure du Covid-19

Asmaa Habibi, étudiante marocaine en marketing et rédactrice en herbe, relate son expérience Erasmus dans une Europe qui lui était jusque-là inconnue.

Par

Par un printemps confiné, une annonce pour un échange académique circule. Je la vois arriver sur ma boîte courriel sans vraiment y prêter attention. Une relance, une journée avant la date butoir, me pousse à considérer un peu plus sérieusement cette échappatoire qui pourrait me sortir de mes déboires. Candidature déposée, entretien passé, je suis sélectionnée pour prendre part à cette épopée, en Allemagne qui plus est, moi qui n’ai jamais mis les pieds à l’étranger.

S’ensuivent alors des mois, des semaines, des heures passées à négocier des autorisations de déplacement afin de me rendre à l’ambassade de Rabat pour une demande de visa, à dûment remplir une foultitude de formulaires, à me demander si la situation sanitaire réduira à néant tout ce que j’ai construit dans mon imaginaire. Avec mes huit compagnons marocains élus pour prendre part à ce périple, nous sommes suspendus au bon vouloir de la direction de la scolarité et aux décisions internationales….

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés