Gouvernement Akhannouch : l'opposition sera-t-elle audible ?

Plusieurs partis, notamment de gauche, composeront la nouvelle opposition au sein de la Chambre des représentants. Mais aura-t-elle les moyens de se faire entendre ?

Par

Malgré ses liens avec Aziz Akhannouch, Driss Lachgar, SG de l’USFP, se retrouve dans l’opposition. Crédit: TNIOUNI/TELQUEL

Au lendemain des élections législatives du 8 septembre, nous relevions une véritable ruée vers l’arche d’Akhannouch lors du premier round des tractations. Le 22 septembre, l’annonce de la nouvelle coalition gouvernementale n’a pas fait que des heureux, tant l’USFP, le MP et l’UC, jusque-là des alliés historiques du RNI, ont tour à tour exprimé, chacun à sa façon, leur volonté de participer à l’Exécutif.

à lire aussi

Le Chef du gouvernement désigné en est bien conscient : aux côtés de Abdellatif Ouahbi et de Nizar Baraka, le président du RNI déclare avoir compris les aspirations “légitimes et méritées à bien des égards”, formulées par certains partis quant à leur participation au gouvernement. Sauf que le principe de l’équilibre entre majorité et opposition, d’après lui, “exige de ne pas concentrer toute la force d’un seul côté afin de garantir l’efficacité de l’action gouvernementale et parlementaire, de part et d’autre”. Une déclaration qui dérange. “C’est comme s’il disait: “C’est nous qui…
article suivant

L'aéroport de Tétouan va se doter d'une nouvelle piste