Ahmed Rahhou accuse Khalid Aït Taleb d’avoir créé une pénurie artificielle de tests PCR

Dans un avis du Conseil de la concurrence, l’institution d’Ahmed Rahhou épingle la gestion par le ministère de la Santé des tests de dépistage du Covid-19. Le département de Khalid Aït Taleb aurait favorisé quelques laboratoires privés qui auraient surfacturé cette prestation.

Par

Le Conseil de la concurrence de Ahmed Rahhou (g.) estime que les atermoiements du ministère de Khalid Aït Taleb (d.) ont “privé une grande partie des citoyens d’accéder” aux tests PCR. Crédit: Montage TelQuel

Après une année et demie de blocage sur les prix des tests PCR, période durant laquelle un certain nombre de laboratoires ont appliqué des prix injustifiés, et devant l’incapacité du ministère de la Santé à agir, le ministère des Finances a saisi le Conseil de la concurrence le 31 août dernier. Dans un avis publié le 6 septembre, l’institution dirigée par Ahmed Rahhou a pointé plusieurs décisions du ministère de la Santé ayant permis “aux laboratoires déjà installés de réaliser des surmarges. À cela, il faut ajouter le fait que le caractère élevé de ces prix a privé une grande partie des citoyens d’accéder à ces services”.

Création d’une pénurie artificielle

Revenant sur les décisions du département de Khalid Aït Taleb d’élargir les tests de dépistage Covid aux laboratoires privés d’analyses biomédicales, le Conseil de la concurrence…

article suivant

Pass vaccinal obligatoire : pourquoi la communauté scientifique est divisée