La débâcle électorale du PJD

Le parti de Saâd-Eddine El Othmani vient d’essuyer une défaite mémorable. Retour dans l’opposition, démission de ses dirigeants, convocation d’un congrès extraordinaire… la lampe s’est éteinte.

Par

Le visage fermé de Saâd-Eddine El Othmani dans la nuit du 8 au 9 septembre, au siège du PJD à Rabat. Crédit: Yassine Toumi / TelQuel

Les élections du 8 septembre ont tourné au cauchemar pour le PJD. Maître incontesté du paysage politique de ces dix dernières années, le parti vient de subir sa pire déroute. À l’issue du scrutin législatif, les frères de Saâd-Eddine El Othmani sont passés de 125 à 13 sièges au parlement. Le bilan est tout aussi sombre pour les communales: le PJD a perdu tous les conseils locaux qu’il présidait depuis 2015. Le soir du vote, au siège du parti à Rabat, la tension était déjà à son comble avant l’annonce des résultats par le ministère de l’Intérieur. Vers minuit trente, alors que tout le pays attend la tombée des chiffres officiels, Saâd-Eddine El Othmani descend de son bureau et rejoint une salle de presse bondée de journalistes, mais désertée par les militants.

Les PV pour se consoler

Inexpressif, le Chef du gouvernement se fraye un chemin entre les caméramans pour prononcer le discours d’une…

article suivant

Décès de la princesse Lalla Malika