Investir au Maroc : le chemin de croix de la diaspora

Malgré les nombreuses initiatives de l’État en faveur des Marocains du monde, investir depuis le pays d’accueil reste souvent compliqué. Tour d’horizon d’une situation qui peine à évoluer, malgré les années.

Par

Encourager les entrepreneurs marocains de l’étranger à investir au Maroc. Tel est l’objectif de la dernière convention-cadre de coopération entre Karim Amor, le président de Marocains entrepreneurs du monde (MeM) by CGEM, et le secrétaire général du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) Abdellah Boussouf. Une initiative conjointe qui, d’après Karim Amor, permettra aux MeM “d’imprimer, par l’action, leur volonté de contribuer à l’économie marocaine, notamment à travers un partenariat interentreprises et un mentoring avec des entrepreneurs d’expérience”.

“Il existe une réelle dichotomie entre l’État stratège qui tend la main à sa diaspora, et ses institutions archaïques qui peinent à concrétiser la volonté politique”

Jamal Bouoiyour, chercheur
Signé le 6 avril, l’accord vient compléter la longue liste des propositions dans ce sens déjà initiées par le gouvernement marocain. Par exemple, le MDM (Marocains du monde) Investment Fund, un fonds d’investissement doté d’un milliard de dirhams par…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés